Cyril de Ponnat [SAGE] : « Le monde change. Pour faire partie de demain, il faut changer nos outils »

0

(TIC Mag) – A l’occasion de son passage à Douala pour le Sage Session Africa Tour, le Responsable de Zone Export de SAGE France revient sur la marche progressive et irréversible du numérique sur le continent africain. Entretien avec TIC Mag.

TIC Mag : Quel est l’objectif du Sage Africa Tour ?

Cyril de Ponnat : L’objectif de ces présentations est de montrer à quel point le monde change. Le monde change, poussé par la numérisation galopante de notre quotidien à tous aussi bien dans la vie privée que dans celle professionnelle. Aujourd’hui, plus aucune entreprise ne peut envisager son développement sans passer par la numérisation d’un certain nombre de ses activités et naturellement l’utilisation de ces logiciels. Nous sommes ici pour montrer comment Sage numérise et nomadise ses outils.

TIC Mag : Quel sera l’apport de Sage dans la numérisation du continent africain ?

C.d.P. : Le continent africain comme tous les continents du monde, les entrepreneurs africains comme tout ceux du monde bougent énormément, voyagent et profitent de cette mondialisation qui a fait disparaître les frontières. Grace à cette numérisation qui n’est ni plus ni moins que la connexion instantanée de tous les acteurs économiques.

Aujourd’hui, une société camerounaise qui veut par exemple rentrer en contact avec une société française par exemple c’est très simple ! Cela passe par les réseaux sociaux, par Internet, mais après, qu’est-ce qu’il faut faire ? Ensuite, il faut pouvoir être en mesure de communiquer, d’envoyer des documents de présentation commerciale à ses interlocuteurs. Et c’est là où Sage intervient. Il a intégré dans ses outils de gestion certains outils qui permettent immédiatement de lancer des conférences téléphoniques par exemple.

Sage a également développé des outils de gestion commerciale, comme la possibilité de travailler avec une fiche produit, un article et de publier automatiquement les photos et les détails de l’article sur un site Internet. Nous avons aussi développé des outils qui permettent aux entrepreneurs de pouvoir voyager tout en restant connectés à son environnement de gestion.

TIC Mag : Vous venez de faire le tour de l’Afrique francophone. Les niveaux d’avancement de l’implémentation du numérique ne sont pas les mêmes. Comment entendez-vous vous adapter à cette pluralité de réalités ?

C.d.P : Il y a effectivement des différences. C’est évident. Mais, je dirais à mon sens que ces différences sont essentiellement des différences de performance de l’infrastructure, notamment Internet. C’est à la rapidité et à la disponibilité plus ou moins égale de l’Internet selon les pays. Or, Internet est aujourd’hui la dorsale de la digitalisation.

Les choses évoluent très vite, y compris ici au Cameroun. Aujourd’hui, notre responsabilité en tant que partenaire de l’ensemble des clients du Cameroun est de leur montrer quels projets ils doivent engager pour être prêts à affronter les défis de demain avec succès.

TIC Mag : En Afrique subsaharienne, le pouvoir d’achat ne permet pas toujours d’acquérir les meilleures solutions informatiques originales. Comment Sage s’adapte-t-il à la faiblesse de ce pouvoir d’achat ?

C.d.P. : Il est évident que nous avons une politique tarifaire qui est connue. Le premier point c’est que les tarifs sont strictement identiques entre le continent africain et la France. A contenu égal, tarif égal. Il est évident que le pouvoir d’achat n’étant pas partout le même, il a fallu apporter de la flexibilité. Elle a été apportée sur la façon de payer le produit.

Historiquement, vous payez une licence, ensuite chaque mois vous payez un abonnement. Certaines des plus grandes entreprises sont dans cet état d’esprit d’abonnement, comme on paierait une facture de téléphone, de gaz ou d’électricité sans que cela ne pose problème intellectuellement. Le monde du logiciel est déjà passé dans ce type de vente.

Mais nous à Sage, pour faciliter les choses, nous avons introduit un nouveau mode de perquisition où il n’y a plus d’achat de logiciel. Il y a plus que l’abonnement mensuel. Et là ça change tout, parce que cela est ressenti par les entreprises non pas comme un investissement financier qui pèse lourd dans leur bilan, mais comme une charge de fonctionnement à laquelle les entreprises sont davantage habituées.

TIC Mag : Comment les participants perçoivent-ils cette initiative du Sage Africa Tour ?

C.d.P. : Je tiens tout d’abord à faire remarquer que l’affluence des entreprises démontre leur intérêt, car elles sont venues nombreuses. Elles sont venues pour deux choses, d’abord rencontrer l’ensemble des revendeurs et partenaire de Sage. Cela permet aux entreprises partenaires de Sage de se rencontrer, pour au final devenir leur partenaire au quotidien.

En terme de message, je crois que la présentation sur le monde qui change, la numérisation et cette table-ronde qui a rassemblée trois dirigeants d’entreprises locales et qui ont montré à quel point elles ont déjà pris le virage du numérique. Ces dirigeants ont par conséquent invité toutes les entreprises quel que soit la taille ici à le prendre, ce virage. Parce qu’ils ont montré à quel point cela a participé à leur succès. Le message à retenir c’est que le monde change et pour faire partie de demain, il faut changer nos outils.

Propos recueillis par Jephté Tchemedie

baniere830x100-ict-strategies