background

Lenteur du débit de l’Internet au Cameroun : la justification de l’Antic 

Écrit par: Frégist Bertrand

Publié le: jeudi, 09 juillet 2015 à19 h 29 Mis à jour le 09 juillet 2015 à 19 h 29

Dans un document rendu public par le ministère des Postes et Télécommunications, l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic) justifie la lenteur du débit de l’Internet dans les Télécentres communautaires polyvalents par les recherches effectuées pour des informations étrangères au Cameroun.

« La lenteur du débit s’explique par le fait que plus de 90% des contenus recherchés par les Camerounais se trouvent hors de nos frontières contre 10% au Cameroun. Pour les contenus se situant au Cameroun, le détour par l’Europe est obligatoire avant de revenir au Cameroun pour y avoir accès », a expliqué l’Antic.

Pour changer la donne, il faudrait, selon l’Antic, que le Cameroun se dote d’un point d’échange Internet, permettant de relier tous les opérateurs entre eux et de garder toutes les communications localement.

L’Antic ajoute que « pour combler cette lacune, qui consiste à utiliser la bande passante internationale pour écouler le trafic local et qui engendre d’une part des pertes en devises, le gouvernement a mis à disposition des moyens, à travers le FST (Fonds spécial des télécommunications, ndlr), pour la construction de deux points d’échange Internet dont l’un à Douala et l’autre à Yaoundé ». Les marchés y relatifs sont en cours d’examen au ministère des Marchés publics (Minmap).

Selon les informations rendues par le Minpostel, le Cameroun compte 181 TCP. 17 sont en cours de construction et 23 sont en cours de mise en service. Le Cameroun compte 16 Radios communautaires opérationnelles ; 14 radios communautaires en cours de mise en service.

2 commentaires sur “Lenteur du débit de l’Internet au Cameroun : la justification de l’Antic ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − neuf =