Paris : Ces solutions rassemblées par la Caisse des dépôts pour construire des villes intelligentes

0

(TIC Mag) – Le groupe « Caisse des dépôts » a organisé le 21 novembre 2016, à la Cité de la Mode et du Design sur les quais de Seine à Paris, le premier forum sur les villes intelligentes. C’était l’occasion de rappeler la volonté qu’a l’Etat français d’encourager et d’accompagner toute initiative contribuant au développement numérique des villes, tout en veillant à ce qu’aucun acteur de la vie économique, culturelle et sociale ne soit oublié ou lésé.

60 exposants y présentaient sur 1000 m2 des solutions innovantes pour rendre la ville plus connectée, plus accueillante, plus facile à vivre et plus « durable ». On y trouvait tout ce à quoi on pouvait s’attendre et même davantage : des entreprises spécialisées dans l’aménagement des territoires en THD (fibre optique) et les opérateurs de téléphonie mobile en charge de le déployer et de fournir aux habitants les outils nécessaires à une large exploitation de ces installations.

On y vit, on y travaille …
Une ville, ce sont d’abord des logements d’habitation à l’année ou saisonnier. S’appuyant sur la « stratégie nationale bascarbone (SNBC) » définit en 2015 par le gouvernement français, des constructeurs de bâtiments vertueux, à base de structure porteuse en bois, faisant la part belle aux énergies renouvelables, présentaient des solutions d’isolation permettant une réduction drastique des consommations énergétiques, mais aussi des astuces originales pour favoriser la pénétration de la lumière naturelle dans les logements afin d’économiser sur les dépenses en électricité.

Comme alternative aux solutions domotiques propriétaires, la société « JEEDOM » présentait sa box multiprotocole permettant de configurer l’automatisation de son logement en ligne. Sa particularité : ne choisir que des équipementiers proposant une API ouverte et des matériels préalablement testés et validés par ses soins.

Aux divers capteurs d’incendie, d’inondation, d’ouverture biométrique des portes et autres automates et régulateurs que l’on trouve désormais dans les logements High Tech viennent s’ajouter les compteurs d’eau, d’électricité et de gaz connectés pour une meilleure maîtrise de ses consommations et une détection plus rapide des postes énergivores.

Une ville, c’est également un lieu où l’on travaille. La ville intelligente se veut plus ouverte aux jeunes entreprises en leur proposant des solutions de « coworking« , c’est à dire de mutualisation des espaces professionnels, de partage des matériels, des services, des savoirs-faire et des expériences. Un concept présenté comme un tremplin pour les entrepreneurs des industries créatives, une opportunité pour elles de baisser sensiblement leurs coûts d’exploitation tout en se regroupant autour d’une communauté de pensée favorisant les partenariats et les grands projets.

On s’y déplace …
Les solutions innovantes liées au transport étaient nombreuses. Nous passerons rapidement sur celles, pourtant très médiatisées, des véhicules sans chauffeur puisque pour le moment aucune d’elles n’est autorisée hors circuit en France. Seuls quelques prototypes, prometteurs mais encore en phase de tests, sont à l’actif du secteur privé.

Nous ne nous attarderons pas sur les installations en vidéosurveillance qui sont déjà très largement répandues en ville et nous n’aborderons le traitement des ordures ménagères que pour signaler de nouveaux conteneurs munis de capteurs déclenchant la collecte des déchets stockés uniquement lorsque le conteneur équipé est plein.

On s’entraide
Avec le tout numérique, il y a un risque, auquel on ne pense pas toujours, de se couper des populations peu habituées aux nouvelles technologies. Des associations comme les « Voisins malins » cherchent sur plusieurs communes en Ile de France à familiariser les populations qui le souhaitent au tout numérique, en les aidant principalement à effectuer leurs démarches administratives sur le Net. Pour elles, manipuler les réseaux sociaux n’implique pas pour autant qu’on soit à l’aise pour utiliser des services publics dématérialisés. Pour ces travailleurs sociaux, ce sont rarement des questions d’équipement, mais le plus souvent des questions d’usage liées à des vecteurs de communication innovants, mais qui visiblement ne sont pas encore adaptés à tous.

Philippe Mingotaud, Correspondant de TIC Mag en Europe

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici