Pierre Kaptue : « Les résultats de l’assignation des fréquences 4G au Cameroun ne sauraient tarder »

0

(TIC Mag) – Le Comité interministériel d’attribution des bandes de fréquences radioélectriques (CIABAF) au Cameroun s’est réuni en sessions ordinaires les 28 et 29 décembre 2016 au ministère des Postes et Télécommunications. Parmi les points à l’ordre du jour, les perspectives de l’utilisation de la bande UHF (470 – 694 Mhz), l’examen du budget de 2016 et l’adoption de celui de 2017 ou encore le point sur le fichier national des fréquences. Occasion pour TIC Mag d’interroger Pierre Kaptue, l’inspecteur général chargé des questions techniques du Minpostel, qui présidait les travaux de ce Comité en remplacement de la ministre Minette Libom li Likeng, empêchée. Interrogation au sujet de l’assignation des fréquences pour la 4G aux opérateurs mobiles qui revendiquent déjà la disposition (et pour d’autres la commercialisation) de cette technologie.

TIC Mag : Le Comité interministériel d’attribution des bandes de fréquences radioélectriques (CIABAF) s’est réuni hier au Minpostel. Des opérateurs mobiles au Cameroun nous disent qu’ils attendent encore l’assignation des fréquences pour réellement implémenter la 4G dans le pays. L’assignation de ces fréquences pour la 4G était-elle au menu de vos travaux et aujourd’hui où en sommes-nous avec ce dossier ?

Pierre Kaptue : C’est bon d’attirer l’attention sur le fait que le Comité interministériel d’attribution des bandes de fréquences radioélectriques est l’entité nationale qui doit procéder à la mise à disposition des fréquences pour l’ensemble des utilisations y compris naturellement pour les services 3G et 4G des opérateurs mobiles. S’agissant de ce point précis d’assignation des fréquences pour la 4G, le Comité a déjà identifié les fréquences qui devront servir pour les services 3G et 4G au Cameroun. Cette étape étant franchie et acquise, il reste tout simplement que les fréquences soient assignées à chacun des opérateurs afin que les utilisations de ces services 4G soient optimales et pour qu’il n’y ait pas de brouillages des uns vis-à-vis des autres. Et quand on parle d’absence d’interférence entre les bandes de fréquences, on parle de meilleure qualité de service.

TIC Mag : A quand précisément l’assignation de ces fréquences pour la 4G ?

P.K : L’assignation est une activité permanente qui tient compte des résolutions et recommandations du Comité, qui, à chaque session, identifie les fréquences pour les nouveaux services comme par exemple la 3G et la 4G. Etant donné qu’il s’agit d’une activité permanente, cela veut dire que c’est un projet déjà en chantier et dont les résultats ne sauraient tarder.

TIC Mag : Sur quelles bases se font la répartition des fréquences ?

P.K : Etant donné le fait que les fréquences pour les différents services se propagent sans limites, il faut trouver des moyens techniques lors de cette distribution pour faire en sorte qu’aucune utilisation ne brouille de manière préjudiciable une autre. Ce sont là les bases essentielles qui guident l’assignation de ces fréquences.

Propos recueillis par TIC Mag


A noter, au Cameroun le CIABAF est l’instance nationale chargée d’assurer la gestion optimale de l’attribution des bandes de fréquences aux différents services nationaux de radiocommunications. Il assure la répartition des ressources en fréquences aux secteurs et services essentiels, à l’instar des télécommunications mobiles à large bande, sans fil, par satellite, la radiodiffusion télévisuelle ou sonore ou encore des transports.

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici