Afrique de l’Ouest : Baisse attendue du chiffre d’affaires des opérateurs mobiles en 2017 [ETUDE]

0

(TIC Mag) – La GSMA Intelligence, l’organe de veille stratégique et d’études de la GSMA qui est l’association mondiale représentant les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier, a publié ce mois de juillet 2017 son rapport intitulée « L’économie mobile L’Afrique subsaharienne 2017 ». Cette association, qui rassemble près de 800 opérateurs et 300 sociétés appartenant à l’écosystème mobile, dont des fabricants de téléphones et dispositifs, des éditeurs de logiciels, des fournisseurs d’équipements, des fournisseurs de services Internet et des entreprises de secteurs connexes, a donc l’habitude de réaliser des études, recherches et analyses sur l’industrie des télécoms. Rapports et études considérées comme référence par leurs membres et des décideurs du secteur.

D’après le dernier rapport « L’économie mobile L’Afrique subsaharienne 2017 », les chercheurs de la GSMA Intelligence constatent que les conditions macroéconomiques défavorables de la région ont pesé sur les revenus de la téléphonie mobile en 2016 et continueront de le faire en 2017, avec une baisse attendue du chiffre d’affaires résultant des pressions persistantes à la baisse sur des marchés clés tels que le Nigeria et du ralentissement de la croissance dans d’autres pays de la région.

Toutefois, malgré ces difficultés, les auteurs du rapport reconnaissent que les dépenses d’investissement dans les réseaux et les services resteront stables. « Les opérateurs de réseau mobile ont investi 2,7 milliards US$ en 2016 et devraient investir un total de 12,6 milliards US$ entre 2017 et 2020. Les investissements des opérateurs dans les réseaux à haut débit (avec le lancement de 14 réseaux 4G dans la région depuis le début de 2016) et la baisse du prix des smartphones favorisent le passage au haut débit mobile », indique le rapport. Aussi, les connexions 3G et 4G dépasseront les connexions 2G d’ici mi-2019 et représenteront deux-tiers du nombre total de connexions d’ici fin 2020.

Chiffre d’affaires opérateurs mobiles en 2016 et en 2020 en Afrique de l’Ouest [Source : GSMA Intelligence]
Si la GSMA qui est également un instrument mondial de lobbying des opérateurs du secteur de la téléphonie mobile auprès des pouvoirs publics reconnaît que les décideurs politiques ont fait des efforts considérables ces dernières années pour mettre en place un environnement réglementaire plus favorable, en matière notamment de modernisation réglementaire, de gestion du spectre, de fiscalité et de réglementations permettant le développement des services d’argent mobile, elle soumet néanmoins quelles suggestions aux décideurs publics.

« Si les politiques et les autorités réglementaires encouragent l’investissement, la concurrence et l’innovation, le secteur de la téléphonie mobile comme le reste de l’économie numérique se développeront, apportant prospérité et emplois. La concrétisation du potentiel transformateur des services mobiles passe par la collaboration de tous les acteurs, que ce soit entre les opérateurs de réseau mobile et l’écosystème plus large des services mobiles, ou entre les gouvernements, les autorités réglementaires et les autres parties prenantes du secteur », recommandent les experts de la GSMA Intelligence.

Source : GSMA Intelligence

Par TIC Mag avec ICT Media STRATEGIES

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici