Cameroun : L’usage des réseaux sociaux par les gendarmes désormais soumis à l’autorisation de la hiérarchie

0

(TIC Mag) – C’est une première au Cameroun. Désormais, les gendarmes ne sont plus véritablement libres d’utiliser les réseaux sociaux et d’y publier des contenus à leur guise. Et même dans certaines conditions, pour utiliser des réseaux sociaux comme WhatsApp, Facebook ou Twitter, les gendarmes devront requérir l’autorisation de la hiérarchie militaire. C’est en tout cas ce qui ressort d’une décision signée de William Galax Landry Etoga, le secrétaire d’Etat à la défense chargé de la gendarmerie nationale.

Dans la même veine, le patron du SED demande aux gendarmes de supprimer des forums dans lesquels ils sont administrateurs et de supprimer des profils personnels qui les identifient comme « militaire ». Aussi, les gendarmes camerounais dans exercice de leurs fonctions ne sont plus autorisés à utiliser des téléphones portables et les forums militaires hébergés sur les réseaux sociaux devront être désinstallés.

D’après William Galax Landry Etoga, cette mesure est partie du constat selon lequel les gendarmes font des publications sur les réseaux sociaux qui vont à l’encontre de leur devoir de réserve. Il entend donc par ces mesures limiter la publication des documents officiels, confidentiels ou compromettants pour l’armée sur la toile. Même si le patron de la gendarmerie n’en fait pas nommément mention, plusieurs vidéos de tortures ou d’exactions attribuées à l’armée camerounaise dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest circulent sur les réseaux sociaux. Et à l’évidence, ces vidéos sont tournées par des militaires.

Même si certains voient en cette mesure un moyen efficace pour tout au moins encadrer voir limiter la fuite d’informations, il est tout de même utile de s’interroger. Notamment, si l’interdiction de l’utilisation des ressources numérique par des militaires ne devrait peut-être pas impacter négativement la communication entre ceux-ci, notamment sur des terrains de conflits comme la région de l’Extrême-Nord où l’armée est en guerre contre les éléments de la secte terroriste Boko Haram.

Rappelons aussi que la sortie du secrétaire d’Etat à la défense en charge de la gendarmerie nationale contre la publication des contenus confidentiels dans les réseaux sociaux n’est pas la première du genre. Dans une circulaire datée du 28 mars 2018, le premier ministre camerounais Philémon Yang s’insurgeait contre « la diffusion récurrente sur les réseaux sociaux ou d’autres moyens de communication de masse de documents présentant un caractère sensible et souvent revêtu de la mention ‘‘Confidentiel’’, ‘‘Secret’’ ou ‘‘Très secret’’.

Dans la même circulaire, le Premier ministre s’est voulu ferme contre les auteurs de cette fuite, les appelant au respect des normes et procédures en matière de gestion et de manipulation des documents officiels de l’Etat, et les menaçant, au cas échéant, de répression devant les instances disciplinaires.

Ecrit par TIC Mag

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici