Les ambitions non concrétisées du Groupe Azur Telecom qui prend désormais de l’eau

0

(TIC Mag) – Les comptes du groupe Usan, qui opère sous la marque Azur au Congo, au Gabon et en Centrafrique sont dans le rouge. L’opérateur croule sous le poids des dettes qui ne font que s’accumuler et pourrait peut-être fermer ses portes dans les prochains mois, apprend-on. Preuve de cette mauvaise santé, le groupe n’a plus réalisé d’investissements dans ses réseaux depuis près de cinq ans et sa filiale congolaise ne paie plus les salaires de son personnel depuis environ deux mois, d’après AfricTelegraph. Situation pareille en RCA et au Gabon ou Azur n’arrive plus à régler ses factures.

Au vu de son état financier actuel, difficile pour le groupe de s’en remettre, vu qu’il ne dispose pas de technologie 3G/4G et encore moins (pour l’instant) des ressources financières. De fait, l’opérateur se fait largement dépassé par la concurrence qui propose déjà des services de type 3G/4G.

A en croire le journal AfricTelegraph, l’opérateur Monaco Télécom s’était proposé d’accompagner le processus de développement du groupe en s’occupant de lever des fonds et du marketing de l’entreprise. Malheureusement, Monaco Télécom fera marche arrière après avoir constaté la dette faramineuse du groupe et les quelques problèmes de gouvernance. Peut-être s’envolait ainsi un espoir certain de survie du groupe.

Au début, de grandes ambitions

Le groupe Azur Télécom est présent actuellement dans trois pays de l’Afrique centrale. Au Congo, la société s’appelle Equateur Télécom et opère sous le nom commercial Azur Congo. Au Gabon, il opère sous le nom USAN Gabon avec pour nom commercial Azur Gabon, et en Centrafrique c’est NATIONLINK connu sous la marque Azur RCA.

Pourtant, le groupe entendait proposer des services novateurs et même la de Triple Play. C’est du moins ce qu’expliquait Jean-Bruno Obambi, le PDG du Groupe au magazine Reseau Telecom Network en 2014. « Nous voulons continuer à étendre notre réseau, finir déjà l’extension du réseau dans les trois pays où on est, après étendre notre réseau dans les trois pays d’Afrique centrale qui nous manquent et par la suite on pourra attaquer d’autres parties de l’Afrique. Quand vous lisez notre plan stratégique, comprenez que nous allons accéder rapidement à des technologies du type 3G et 4G. Azur Telecom va offrir de meilleurs services, il va créer un box qui permettra aux gens de bénéficier des produits comme les triplex. C’est-à-dire chez vous, vous aurez accès à l’internet, à la télévision et en plus au téléphone (le fixe et le portable). Donc, tous ces produits qu’on met en place permettront d’apporter la modernité dont l’Afrique a besoin », expliquait-il.

Il expliquait également que depuis cinq ans, le groupe Azur Télécom gagnait des parts de marché significatifs allant jusqu’à un progrès d’environ 30% chaque année. « Ces dernières années au Congo, on est parti de trois milliards en 2011 à 6 milliards de chiffres d’affaires en 2012. En 2013, on est arrivé à 8 milliards et en 2014 on a fini autour de 11 milliards. Donc notre chiffre d’affaires ne fait que croître. En nombre d’Abonnés, c’est pareil. On est parti de zéro et aujourd’hui on tourne autour de 400 milles abonnés au Congo Brazzaville. Je peux utiliser le même exemple pour le Gabon. Nous savons équilibrer nos charges par rapport à nos revenus ce qui fait que nos opérations continuent de se porter mieux mise à part la RCA avec le problème de la crise politico-militaire, qui fait que là-bas nos chiffres d’affaires ont baissé. Mais, on a bon espoir que dans peu de temps la situation reviendra à la normale pour nous permettre de continuer notre croissance », indiquait Jean-Bruno Obambi. Visiblement, la situation n’est toujours pas revenue à la normale.

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici