Cameroun : la bataille de la 4G dans la téléphonie mobile est lancée

0

Le 16 décembre 2015, la DG d’Orange Cameroun, Elisabeth Medou Badang, est elle-même montée au créneau. En direct sur les plateaux des deux journaux télévisés en anglais (19h30) et français (20h30) sur la télévision nationale, elle annonçait l’avènement de la 4G sur le réseau d’Orange Cameroun. Mais, dès la mi-journée, certaines rues de la capitale camerounaise étaient déjà surplombées par des affiches publicitaires sur lesquelles le concurrent, MTN Cameroun, annonçait la même nouvelle à ses abonnés.

Ainsi donc, neuf mois après avoir tous deux renouvelé leurs licences de mobile assorties de la 3 et 4G, les deux principaux opérateurs de la téléphonie mobile au Cameroun ont décidé de lancer la bataille de la 4G en cette fin d’année. Comme ce fut déjà le cas lors du lancement de la 3G, MTN et Orange Cameroun se sont épiés jusqu’à la dernière minute, au point où, finalement, c’est presque concomitamment que les deux opérateurs ont annoncé la nouvelle à leurs abonnés respectifs.

Pourtant, chacun de son côté revendique le statut de premier opérateur 4G du pays. «Orange, 1er opérateur 4G du Cameroun», peut-on lire dans un Sms envoyé le 17 décembre 2015 aux abonnés d’Orange. «Switchez sur le premier réseau 4G turbo au Cameroun», renchérit MTN sur des affiches publicitaires. Alors que l’opérateur sud-africain annonce la disponibilité de sa 4G dans les villes de Yaoundé, Douala, Bamenda et Buéa, Orange, lui, jure avoir déjà déployé sa 4G dans «une centaine de localités».

Pour l’heure, remarque-t-on cependant, ces annonces n’ont pas encore d’incidences sur le service aux abonnés. Selon les responsables de MTN Cameroun, par exemple, il faut d’abord se procurer une puce compatible 4G pour accéder à «l’internet le plus rapide». Chez le régulateur télécoms, l’on se montre plutôt sceptique quant à l’effectivité du service 4G annoncée par les opérateurs.

«C’est de la communication, une stratégie qu’utilisent les commerciaux pour vendre un produit, même si en réalité ce produit n’existe pas encore. C’est une sorte de jeu de la concurrence entre les opérateurs, une publicité. Alors que techniquement, ils sont encore au niveau du perfectionnement de la 3G. Même s’ils ont déjà la 4G, il ne faut pas s’attendre à l’avoir maintenant dans les téléphones», confie Mengang Bekono, le directeur technique de l’Agence de régulation des télécoms (ART).

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici